Série

Lovesick

Série anglaise de 2014 disponible sur le Saint Netflix, Lovesick est la série parfaite pour chiller en déprimant sur son célibat. On y suit Dylan (Johnny Flynn que je ne connaissais pas), un jeune anglais un peu fleur bleue qui, après la découverte d’une chlamydia (surprise !) décide de recontacter toutes ses conquêtes pour leur conseiller un dépistage.
Ce voyage initiatique ponctué de flashback nous dépeint sa vie amoureuse passée mais aussi la romance complexe qui le lie à sa meilleure amie Evie (Antonia Thomas qui a le meilleur regard larmoyant de l’histoire des séries). Très axée « tranche de vie » la série dessine des personnages auxquels il est difficile de ne pas s’attacher. En plus de Dylan et Evie on retrouve Luke (Daniel Ings), le Barney Stinson de la bande, Angus (Joshua McGuire) et son mariage malheureux ou encore Abigail (Hannah Britland) la première conquête de la liste.

Si vous êtes comme moi vous apprécierez cette atmosphère amicale et bienveillante. Les trois saisons (une 4ème est en tournage) sont rapides à regarder (22 épisodes d’une vingtaine de minutes chacun), et offrent le sentiment paisible de faire partie d’une coloc chaleureuse, avec ses hauts, ses bas, ses espoirs et ses déceptions.

Vous l’avez compris, j’ai été séduite par Lovesick car, bien que la série aient des points négatifs : il n’y a pas énormément de rebondissements et l’histoire est terriblement hétéro-centrée (avec un seul personnage gay dont la brève apparition dans la troisième saison ne fonctionne pas comme une rédemption), elle donne un sentiment de « comfy-chocolat chaud » après une longue journée de travail. Il faut dire que son scénariste, Tom Edge a également participé à l’écriture de The Crown, série dont trop de gens ont vanté les mérites pour me donner envie de la regarder.

En bref, si vous avez une petite baisse de moral ou une « soirée solitude » n’hésitez pas à lancer Lovesick (toujours en VO, aucune excuse) pour une dose de réconfort parfumée à la sauce British.

« Do you think other people are as dysfunctional as we are ? »

« Well, if they’re not then they’re boring and I want nothing more to do with them »

1 réflexion au sujet de “Lovesick”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s